La thérapie EMDR (Eye Movement Desensitization and reprocessing)

La thérapie EMDR, traduit en français par le terme « d’intégration neuro-émotionnelle par les mouvements oculaires », est une approche thérapeutique émotionnelle, découverte en 1987 par F.Shapiro, aujourd’hui reconnue par la communauté scientifique pour son efficacité dans le traitement des troubles post-traumatiques (ESPT).
La thérapie EMDR est destinée aux personnes ayant vécu ou été témoin de violences physiques, d’abus sexuels, d’agressions, d’accidents graves. Mais il peut s’agir aussi d’événements de vie difficiles (dans l’enfance, des séparations, des fausses couches et IVG, des deuils, des difficultés professionnelles…) qui peuvent passer inaperçus mais être source d’émotions ou de comportements problématiques pour la vie quotidienne : irritabilité, angoisse, cauchemars, phobies, comportement agité voire violent, douleurs physiques, somatisations, régression chez l’enfant…
Cette thérapie repose sur une approche humaniste et intégrative de la médecine et de la santé. Elle se fonde sur la confiance dans notre potentiel d’auto-guérison, l’importance de notre histoire personnelle et le lien psychosomatique dans la genèse des troubles. L’assiduité aux séances et une fréquence adaptée du traitement sont nécessaires pour obtenir des résultats positifs. Les entretiens se déroulent en face à face et durent entre 45 à 90 minutes.
Le protocole EMDR est une thérapie guidée par des principes standardisés rigoureusement articulés, qui recourt à une technique de stimulation sensorielle bilatérale du cerveau par des mouvements alternatifs (oculaires, auditifs ou kinesthésiques). Ces stimulations sollicitent des réseaux sensoriels et mnésiques, permettant au patient de trouver, en lui, de nouvelles ressources émotives et cognitives pour mieux faire face à l’impact d’un traumatisme. Ce protocole permet d’opérer une désensibilisation et un retraitement de l’information émotionnelle du traumatisme passé enkysté. Les souvenirs sont alors revécus et retraités dans le présent, ce qui donne lieu à de nouvelles associations et à une compréhension cognitive facilitant la mise à distance de l’événement traumatisant et l’élimination de la détresse émotionnelle.
Avant de débuter le traitement EMDR, il est essentiel que le psychothérapeute et le patient établissent ensemble le cadre de ce travail par des entretiens préliminaires permettant de comprendre l’histoire des troubles et de cerner des contre-indications éventuelles. Les bases du « travail » une fois établies, le praticien amène peu à peu le patient à se représenter et à ressentir dans son corps les perceptions, émotions et sensations liées à l’événement traumatique. Le thérapeute aide également le patient à développer des ressources psychologiques afin d’améliorer son rapport à lui-même et à autrui. Cette sécurité de l’espace thérapeutique aide le patient à se confronter à l’origine de sa souffrance.
Entre les séances, le re-traitement de l’information émotionnelle peut se prolonger sous formes de rêves occasionnant la réémergence d’autres souvenirs ou émotions inhabituelles. Le travail se poursuit donc dans l’ « après-coup », raison pour laquelle le suivi thérapeutique et la dimension analytique sont indispensables à l’intégration et la « métabolisation » de l’expérience.