« eido », voir et connaître

 

Selon l’étymologie grecque, « eido » décrit une faculté d’observer et de comprendre. Littéralement, le terme signifie l’aptitude au discernement, l’aperception, la capacité d’orienter son regard, son esprit sur l’environnement, afin d’expérimenter un état, d’éprouver un vécu.

EIDO est une entreprise clinique à vocation sociale dont l’ambition est de promouvoir la recherche clinique et le traitement psychothérapique des stress post-traumatiques, des troubles d’attachement et des troubles dissociatifs. Certaines épreuves de la vie provoquent des traumatismes qui arrêtent le temps, affaiblissent nos croyances et renforcent notre vécu de solitude ou d’exclusion. Ces situations confrontent à la confusion, au sentiment d’impuissance et génèrent une souffrance qu’il peut être difficile de dépasser seul. La vocation du centre EIDO est de soutenir ceux qui font face à ces épreuves douloureuses de la vie, les accompagner dans un cheminement personnel pour leur permettre d’accéder à de nouvelles compréhensions de soi et les aider à s’engager vers d’autres voies d’épanouissement.

Le centre est né de la rencontre entre des psychologues expérimentés dans clinique des violences sexuelles et familiales. Leur pratique leur a permis de développer une écoute bienveillante et sans jugement permettant d’accueillir avec respect et pudeur le vécu de l’intimité et ses blessures. Quelles que soient leurs formes (sexuelle, physique ou morale), les violences portent atteinte au bien être et à la santé. Lorsqu’elles sont subies au cours de l’enfance, elles entrainent une insécurité d’attachement qui contribue au couplage d’émotions et de sentiments contrastées au sein des relations : amour/haine, désir/fuite, confiance/contrôle, peur/domination, dépendance/évitement, soumission/colère, absence/tristesse. Ces composantes inconscientes peuvent entraver le déploiement de la vie affective et nuire au bien être relationnel. C’est pour éviter de telles difficultés que certains fuient parfois les relations sentimentales ou s’orientent vers des conduites compulsives (sexualité éphémère, obsessions, cyberaddictions). D’autres se sentiront coupables ou meurtris par le poids d’une honte indicible et seront tentés de s’automutiler ou de commettre un geste irréparable. Toutes ces situations, conséquences de traumas souvent profonds et non résolus, entrainent une diminution progressive du plaisir, du partage et de l’échange dans l’intimité. A long terme, l’estime de soi en est affectée tout comme le sentiment d’accomplissement personnel et il devient alors difficile de nourrir des croyances positives sur soi.

EIDO soutient les victimes et agit pour lutter contre la violence. Par son engagement dans des partenariats, EIDO s’inscrit dans le champ social et encourage la diffusion d’un savoir scientifique. Les psychologues réalisent des conférences à destination des parents et mènent des actions de sensibilisation dans les collèges sur le harcèlement, les violences sexuelles, la cyber-criminalité, les addictions etc… Ils interviennent dans le monde de l’entreprise en support des situations de crise organisationnelle et humaines au travail. Ils soutiennent les professionnels par des dispositifs de supervision et d’analyse de pratique. Ils participent à des congrès, produisent des publications scientifiques et forment de nombreux professionnels (psychologues, éducateurs, travailleurs sociaux etc) en France Métropolitaine, dans l’Océan Indien et au Québec.